index_




La qualification des plans

Un plan est une prise de vue sans interruption. Il ne dure généralement que quelques secondes et constitue l'unité de base du langage cinématographique. Différents plans sont assemblés lors du montage pour constituer une scène ou une séquence.
Le plan-séquence peut néanmoins être beaucoup plus long et même très exceptionnellement couvrir toute la durée du film.

Un plan est caractérisé par un cadrage qui résulte du choix de ce que l'on veut montrer. À travers les mouvements de caméra, le réalisateur peut choisir de faire évoluer ce cadrage au cours d'un même plan. Ces choix artistiques ont une signification dramatique et la transition d'un degré à un autre de l'échelle des plans est révélatrice de l'intention du metteur en scène.




Le plan d'ensemble ou général :
Il situe l'action et montre tous les protagonistes dans leur contexte topologique. En cinéma ou vidéo, il doit durer assez longtemps pour que le spectateur puisse avoir assez de repères pour assimiler les informations que le réalisateur a voulu donner : comme indiquer une situation géographique dans laquelle l'action va évoluer par la suite, un groupe de personnes... :


plan grand ensemble





Le plan demi-ensemble ou large :
Il ne couvre qu'une partie du décor ou de l'action. Il concentre l'attention sur un groupe bien particulier :


plan large





Le plan italien :
Il montre un personnage jusqu'aux genoux :


plan italien





Le plan américain :
Il cadre les personnages à mi-cuisses. Il rapproche encore davantage le spectateur des personnages. Le plan américain a été ainsi dénommé car c'est le plan typique des films américains des années 1930 et 1940. Ce type de plan permet également de montrer plusieurs personnages lors d'un dialogue sans nécessiter de modifier la position de la caméra :


plan américain





Le plan rapproché taille :
Il cadre les personnages à la ceinture et montre principalement ce qu'ils disent et font sans pour autant attirer exagérément l'attention sur un détail précis de leur jeu. Il place les acteurs à la distance qui sépare les interlocuteurs d'une conversation, il accentue l'intimité, permet de lire les réactions psychologiques, le jeu du visage et des épaules. La durée de ce plan est en fonction du dialogue et de l'action en cours.

Le plan rapproché taille sur un personnage introduit une certaine intimité, il empêche le spectateur de voir les éléments alentours (le hors-champ). Il peut laisser la liberté d'imaginer ce qui se trouve hors du cadre, ou au contraire forcer l'attention à se porter sur le personnage :


plan taille





Le plan rapproché poitrine :
Il a les mêmes fonctions que le plan rapproché taille, en accentuant un peu plus les traits du visage du personnage. C'est, par excellence, le plan du journaliste derrière son bureau. La durée - souvent importante - de cette valeur de plan est liée au dialogue :


plan poitrine





Le gros plan :


Il permet de voir qu'une partie d'un personnage sur laquelle on veut attirer l'attention. Il permet de lire directement la vie intérieure d'un personnage, ses émotions, ses réactions les plus intimes. C'est le plan de l'analyse psychologique :


gros plan





Le très gros plan :
Il montre un seul objet, un détail du visage, par exemple. Généralement très bref, il sert la progression du récit ou du suspense en attirant l'attention sur un détail dramatiquement frappant.

Le « très gros plan » est de plus en plus utilisé au cinéma comme introduction. La perception de la réalité à cette échelle est très différente de la nôtre, ceci crée donc une interrogation, un sentiment d'étrangeté :



très gros plan




sources : Wikipédia + images capturées du film « North by Northwest » (La mort aux trousses), Alfred Hitchcok, 1959.

serge denneulin   I   màj 28_03_16
^ haut de la page ^