MANON VERBEKE

UN GRAPHISME PUBLIC


La communication est devenue un des enjeux actuels de notre société, où la réussite ne se compte plus seulement en « combien je possède », mais en « comment je communique ». Il s’agit d’être vu, lu, et entendu pour exister : « Je communique donc je suis », telle serait la nouvelle devise de l’homme post-moderne.

Tout le monde, en droit, peut désormais avoir accès à des outils de traitement d’image, de création de supports graphiques et de diffusion de contenu. C’est une des raisons pour laquelle l’ensemble des besoins en communication visuelle n’est pas pris en charge par des graphistes professionnels. On remarque que de nombreuses commandes de taille réduite - privées, associatives – font appel à des amateurs (l’ami d’un ami qui s’y connait), voire des profanes, pour des raisons qui peuvent être autant économiques que liées à une certaine méconnaissance des pratiques du design graphique…

  • Mémoire portant sur la question d'un graphisme de proximité
  • Premier plan : ateliers de service graphique dans un village, basés sur le modèle économique du troc
  • La fenêtre et la vitrine sont dans ces situations de proximité, des lieux courants d'affichage
  • Sérigraphie au sol
  • Atelier sérigraphie : un moyen rapide pour un organisateur de fédérer rapidement son public autour d'un élément à « construire soi-même »
  • La photocopie sur sérigraphie ou papier fluo permet de créer rapidement des supports, tout en gardant l'identité de l'évènement
  • Affiches : explorer le potentiel d'une couleur fluo
  • La fenêtre est un espace privilégié pour les évènements locaux
  • Finalisation du projet pour un festival réel nommé 1000 vaches à Bauvin


  • télécharger la synthèse du mémoire
    contacter l'auteur